Les cloches de Chimilin en Dauphiné

“ Généalogies  ♣ Dauphiné  ♣  VIVRE-JADIS  ♣ Parentèle  ♣ Panorama  ”

 

VIVRE JADIS

Vie de nos aïeux
Rhône et Guiers
Au fil de l'arbre
Généalogie-florilèges
Curés en Dauphiné
Cousins à la Une
Parentèle à l'honneur
Généalogie et Population
Tissage et soie

HAUTBAS

sons de cloches à Chimilin

Antant, à Chimilin comme à Aoste-en-Dauphiné, ou bien à Notre-Dame de Paris, on refondait les cloches au besoin, dès que ces dernières se fêlaient ou s'ébréchaient. On refondait sur le parvis.

Dans le clocher de l'église paroissiale de Chimilin, se trouvent deux cloches. Si l'on se fie aux inscriptions, leur dernière refonte date de 1880 avec une indication de date de 1654 pour la précédente refonte. Cependant, cette date serait plutôt 1657 si l'on se reporte aux comptes-rendus conservées aux Archives Départementales de l'Isère. La grosse cloche s'appelle Marie-Philomène selon son nom de 1880. La petite cloche se nomme Marie-Joséphine. Elle est dédiée au Saint-Patron de la paroisse, Saint-Laurent.


Les cloches de Chimilin - 1880

Depuis le cimetière le village de nos sources et de nos racines En 1880 le clocher de Chimilin n'avait pas encore son aspect actuel. Il n'a été rehaussé qu'en 1921, accompagnant d'autres travaux de fond sur le bâtiment qui a connu les sacrements de tant de nos aïeux durant plusieurs siècles. Les cartes postales nous montrent la différence entre ces deux états du clocher de Chimilin. Il est à noter qu'au moment de la refonte des deux cloches de Chimilin, le curé titulaire est notre cousin l'abbé Perrichaud, un patronyme plutôt de Romagnieu.

Au tournant du siècle des cafés ouvrent un peu partout La grosse cloche de l'église Saint-Laurent de Chimilin doit sa nouvelle vie aux chimilinois Meunier, Pégoud et Abel. En 1858 l'achat de cette cloche est le fait de l'abbé Bajat. Comme sa petite sœur, elle fut refondue en 1880 à partir de la cloche existante. Son parrain fut le président du Conseil de Fabrique et sa marraine Philomène Gaillard-Bancel l'épouse de notre cousin Albert Bolland (un maire de Chimilin).

La petite cloche de cette même église paroissiale de Chimilin est refondue en même temps que la grosse, en 1880. Cette Marie-Joséphine a eu pour parrain Monsieur le Maire, le susdit Albert Bolland. Sa marraine fut Marie Rostagnain. Deux vues anciennes de nos collections montrent le haussement du clocher et son aménagement. Tout d'abord l'état de l'église avant 1921, clocher plus trapu et absence d'horloge. Puis l'aménagement de 1921, année de recensement de population, avec ajout d'une horloge, le toit du clocher étant festonné à sa base.


Les cloches de Chimilin - 1657

En l'an de grâce 1657, les cloches de l'église paroissiale Saint-Laurent de Chimilin donnent des signes d'enrouement. Elles rendent un son discordant bien peu digne de l'étendue d'une telle paroisse. Pensez donc, l'annonce de l'heure de la cérémonie doit porter jusqu'aux Ternes ! Et l'alphabet Morse des cloches n'était pas un vain mot pour nos ancêtres Huguet Bœuf Blanc de Bugnon ou de Leyssins non plus que pour nos aïeux Trilliat-Gaz de Meudenin.

Si le glas débutait par la grosse cloche, le défunt était un homme. Mais, si la première note de sa funèbre mélodie provenait de la petite, il s'agissait d'une défunte. Et, à la fin de cette triste annonce, après un blanc, le nombre de coups indiquait l'heure de la cérémonie d'adieu au défunt. Deux coups de la grosse cloche deux heures et un coup de sa cadette, et-demie. Ou bien trois coups de la grosse cloche de Chimilin, cérémonie d'inhumation à trois heures.

Donc, le désordre des cloches est sérieux. On s'inquiète dans les hautes sphères chimilinoises. On conciliabule, on prépare un remède, on consulte les maîtres-artisans idoines. Et voici l'heure venue d'en faire part à l'ensemble des paroissiens. C'est ainsi, qu'un jour froid du mois de novembre, juste après la messe, dite par Messire Ennemond Bergier (Berger) le curé titulaire du lieu…


Assemblée générale à Chimilin

Noms et prénoms donnés aux enfants Du dimanche onzième jour de novembre l'an mil six cent cinquante sept, par devant nous Modestin Guillet, Docteur es Droit, capitaine châtelain du mandement de Leyssins ; écrivant le substitut de notre greffier ; étant au devant de l'église paroissiale de Chimilin audit mandement, où étaient assemblés, Messire Ennemond Bergier prêtre et curé dudit lieu, Messire Jacques Fisicat prêtre et curé d'Aoste, Sieur Sébastien Binard, Sieur Jean Brunel châtelain de la Bâtie Montgascon, Hyerémie Eynardon fermier de la terre de ladite Bâtie, Sieur François Bouvier Lapierre, honorable Jacques Gueytat, Jean Cluysel, François Brachet, Jacques Huguet fermier du sieur Dumont…

…Jean Guers, Philibert Gaz (notre multi-ancêtre et par ailleurs super-ancêtre local Philibert Trilliat-Gaz)… Angelin Huguet (notre multi-ancêtre Angelin Huguet Bœuf Blanc), honnête Claude Pecquais… Pierre et Jean Lionnet, Jean Mottoz et quelques autres, entre tous faisant la majeure partie des paroissiens, et possédant biens en ladite paroisse, lesquels et aussi les absents ont été assignés à ce jour lieu et heure par ledit Jean Cluysel, sergent royal, ainsi qu'il rapporte l'avoir [fait] tant en leurs personnes qu'en celles de leurs grangers, et en leurs domiciles.

La liste complète des présents est donnée dans la page de réception de l'ouvrage par les paroissiens dauphinois de Chimilin, les ouailles de Messire Ennemond Berger.


L'état des lieux des deux cloches

Le notaire connaissait la constellation familiale et tous les secrets de famille Auxquels a été remontré par partie d'iceux (c'est à dire par ceux d'entre eux qui avaient procédé aux constatations in situ) que la grande cloche de ladite église étant fendue depuis quelques temps, il est nécessaire de la refondre pour* ne pouvoir icelle fonctionner en l'état.

*NOTE sur l'usage du “pour”. Est encore employé, à l'époque des cloches (1657), dans le sens de parce que, sens très fréquent au siècle précédent, le 16ème siècle. Exemple célèbre (1557), le 3.93 de Nostradamus à propos de la mutation de capitale en Avignon (selon le Pape Jean XXIII serait 2027-2030 environ). “Le chef de l'empire fera arrêt en Avignon pour Paris dévasté” (non de gaîté de cœur ni par lubie politique, mais contraint et forcé, parce que Paris aura été dévasté).

Des associations citoyennes responsables qui avaient de long temps alerté, en vain, sur la folie du nucléaire civil, dénommèrent plus tard “Tchernobyl urbain” l'attentat par apport en masse de combustible nucléaire civil détourné, civil donc sous-critique, donc sans explosion exponentielle conflagrante, mais malheureusement avec une dispersion d'énorme quantité d'éléments radioactifs, exactement comme à Tchernobyl.

En suite de quoi, le 6.43 op. cit. précise “Longtemps sera sans être habité où Seine et Marne autour vient arroser” (plusieurs siècles d'irradiation). Ce qui contraint “le Roi de Blois en Avignon régner” (8.38 et 8.52), autrement formulé “le Grand Chiren se saisir d'Avignon” (9.41 op. cit.). Pour mémoire, ce “Grand Chiren” alias “Roi de Blois” serait né, en France (4.93), le 5 août 1999 (Que sera le Monde demain, coll. Aujourd'hui l'Astrologie, et selon 10.72), se trouvant désormais à Malte (Orval.16) etc.

Voir, par exemple, un zoom, une analyse fouillée de cette petite séquence nostradamienne. Bien d'autres exégèses traitent la période du “Grand Chiren”, qui suit immédiatement l'épisode “des grands jeux d'hécatombe” qualificatif du si célèbre salonais, Michel Nostredame, Docteur en Médecine.

Quittons l'Histoire avec un “H”, revenons sous le clocher Saint-Laurent de Chimilin !

L'accord criard blesse l'auriculaire sensibilité du paroissien de Chimilin

Et de plus, la petite étant presque de même poids que la grande, il est expédient de la refondre et de mettre pâte de métal d'icelle sur la grande, à fin que l'accord de leur son soit meilleur et moins désagréable.

Maîtres fondeurs à l'appui avec leur moule à cloches

Étant déjà, à cet effet, les moules pour lesdites deux cloches prêts dans ladite église. Lesquels ont été faits par Nicolas et Etienne Doreys (Dorey) et par Claude Richard-Massy, maîtres fondeurs, en suite des délibérations verbales ci-devant prises par lesdits paroissiens.


Tous sons de cloches ouïs la décision est prise

Comme cela fut fait en l'an 2013 à Notre-Dame de Paris, où l'accord musical fut rétabli entre bourdons et cloches, Chimilin se prépare à retrouver l'harmonie des cloches de son église paroissiale en l'an 1657. Modestin Guillet, Docteur es Droit, capitaine châtelain du mandement de Leyssins, poursuit son compte-rendu…

Ce qu'ouï par lesdits, assemblés, après avoir longtemps entre eux conférés, ont opiné puis conclu qu'il est expédient de refondre lesdites deux cloches aux moules préparés.


Un contrat qui sonne bien pour le clocher de Chimilin

En suite de ce, et des pourparlers faits avec lesdits Nicolas et Etienne Doreys et Claude Richard, maîtres fondeurs ci-présents, ils leur donnent, à prix fait*, par ces présentes, lesdits fondeurs acceptant et stipulant, de refondre leurs dites deux cloches et de les rendre faites et parfaites posées audit clocher, sonnant commodément à dire de maîtres experts, en sorte que rien n'y manque. À travailler pour cet effet sans discontinuation, dès à présent, et de rendre lesdites cloches du poids qu'elles sont présentement et de fournir pour tout ce, toutes choses nécessaires de quelque façon que ce soit.

Moyennant quoi, lesdits paroissiens promettent, par ces présentes, de payer auxdits fondeurs la somme de deux cent trente livres tournois. Et au cas que lesdites cloches, lorsque elles seront refaites, pèsent plus qu'elles ne pèsent présentement, lesdits paroissiens promettent de payer l'augmentation à raison de douze sols (une livre monétaire vaut vingt sols) la livre (le poids de métal). Et au cas qu'elles pèsent moins, ils feront rabais du susdit prix pareillement à raison de douze sols la livre. Lequel prix sera payé auxdits fondeurs des premiers deniers qui seront exigés de la taille de six cent livres.

*Dans la prestation à prix fait, toutes les composantes du prix sont contractuellement stipulées, les aléas étant dès lors à la charge de l'artisan.


Cotisation à Chimilin selon l'usage en Dauphiné

Lesdits paroissiens veulent que cette somme soient cotisée sur eux et sur tous les possédant biens dans ladite paroisse à la forme des cotisations qui se font dans la Province pour les fabriques des églises, le plus également (équitablement) que faire se pourra par les officiers, assesseurs et peréquateurs des tailles dudit mandement de Leyssins (la paroisse de Chimilin dépend, au plan laïc, du mandement de Leyssins) suivant l'indication et instruction qui sera faite par un habitant de chaque village…

Quelle cotisation pour les cloches ? Les travaux seront-ils menés à bonne fin ? Les cloches de Chimilin auront-elles pris ou perdu du poids, à douze sols la livre ? Pour le savoir, cloches de Chimilin suite…


Mentions légales© 2006-2018 Généalogie en Isère et Dauphiné
Nous condamnons les actions insultantes contre les religions. Lire “Paix civile...”
Avantages à utiliser les moteurs de recherche QWANT® ou BING®

Généalogie en Nord-Isère, visiteurs   RHÔNE GUIERS GÉNÉALOGIE   Généalogie en Dauphiné et en Isère, nouveautés